logo artisan

RĂ©paration de Toiture Osny (95520)

Vous avez repĂ©rĂ© une fuite qui vient de votre toit ? Vos tuiles sont cassĂ©es et vous cherchez une entreprise de rĂ©paration de toiture Ă  Osny ? Richard Couverture s’occupe de tout type de toiture et vous apporte des solutions adaptĂ©es Ă  vos problĂšmes de toiture, quel que soit le matĂ©riau dans lequel il a Ă©tĂ© conçu Ă  Osny dans le Val-d’Oise.

Nous contacter

artisan qualifie et experimente 95

Artisan
Qualifié

garantie decennal 95

Garantie DĂ©cennale

devis gratuit couvreur val doise

Devis
Gratuit

tarifs competitifs val doise

Tarifs Compétitifs

avis clients bon satisfaction 95 val doise

Satisfaction Clients ✓

L’Entretien de votre toiture reste notre prioritĂ© Ă  Osny, 95520

Vous avez trouvĂ© que votre toiture a besoin d’une rĂ©paration Ă  Osny ? Vous ne connaissez pas comment rĂ©soudre ce problĂšme ? Vous envisagez des travaux de couverture ? Soyez rassurĂ©, notre entreprise est le couvreur Ă  Osny qu’il vous faudra !

toiture endommagée réparé Osny

Nous remettons en Ă©tat tout type de toit Ă  Osny

Avant de procĂ©der Ă  une remise en Ă©tat de toiture, notre couvreur doit commencer par dĂ©terminer la source des dĂ©gĂąts, celle-ci peut ĂȘtre tellement diffĂ©rente. Le professionnel en couverture doit alors rĂ©aliser un examen visuel de votre toiture par l’intĂ©rieur dans le but de connaitre les coins oĂč il n’existe pas des tuiles ou ardoises. Ensuite, il se rendra sur votre toit pour faire une Ă©valuation plus minutieuse de celui-ci. À l’issue de ce diagnostic, il pourra vous dire quels sont les travaux de rĂ©fection de toiture Ă  Osny qu’il doit effectuer pour assurer son impermĂ©abilitĂ©. Puis, il vous remettra un devis de rĂ©novation de revĂȘtement de toiture Ă  Osny. Alors si vous consentez, nous pourrons dĂ©marrer le chantier.

La réparation de toiture à Osny

La remise Ă  neuf de toiture est totale au cas oĂč elle est totalement Ă  remplacer. Cela peut se faire lorsqu’elle est vraiment vĂ©tuste ou aprĂšs des phĂ©nomĂšnes mĂ©tĂ©orologiques. Dans ce cas, il vaut mieux recourir Ă  votre compagnie d’assurance. Notre entreprise de couverture Ă  Osny
met donc en place un systĂšme de protection d’urgence qui sert Ă  fortifier votre toiture de façon provisoire en attendant de pouvoir rĂ©nover votre toiture totalement.

Dans le cadre d’une rĂ©fection de toit Ă  Osny
partielle, la remise en Ă©tat la plus frĂ©quente est la rechange de tuiles que ce soit puisqu’elles se sont enlevĂ©es ou puisque certaines sont brisĂ©es. Le remplacement de tuiles est soumis Ă  une procĂ©dure dĂ©finie bien connue par notre spĂ©cialiste couvreur qui respectera toutes les prĂ©cautions indispensables pour retirer celle Ă  changer et fixer la nouvelle tuile en la mettant parfaitement Ă  toute la couverture afin que le tout soit robuste et hermĂ©tique.
Il existe au sommet de votre toit une ligne de tuiles dĂ©nommĂ©e faĂźtage. La rĂ©novation de toit peut concerner ce dernier quand il est dĂ©gradĂ© ou qu’il qu’il bouge Ă  chaque coup de vent. Notre spĂ©cialiste couvreur Ă  Osny a des solutions Ă  vous proposer pour que cela ne se reproduise plus.

Réparation des différentes piÚces sur votre toit

couvreur sur le toit avec harnais entrain de réparer toit à Osny

Par ailleurs, en plus du remplacement de tuiles, la réparation de toiture dans la ville de Osny
peut aussi concerner les Ă©lĂ©ments mis en place sur la toiture. C’est ainsi que notre compagnie de toiture peut entreprendre la modernisation d’une souche de cheminĂ©e, boucher une fuite sur celle-ci ou bien remettre l’étanchĂ©itĂ© lorsque elle est menacĂ©e par une insuffisante jonction entre la fenĂȘtre de toit ou entre des panneaux solaires et la tuile. Il effectuera tous les chantiers de zinguerie indispensables.
AussitĂŽt que votre toit vieillit, faĂźtes confiance Ă  notre Ă©tablissement de revĂȘtement de toiture afin que les services soient terminĂ©s dans le plus bref dĂ©lai. Cela vous permettra d’éviter d’obtenir un devis de rĂ©fection de toit Ă  Osny avec un prix vraiment cher !

Nous Appeler

À propos de Osny

Osny est une commune du Val-d’Oise, rĂ©gion Île-de-France, situĂ©e sur la Viosne et un autre bras de celle-ci nommĂ© la Couleuvre. Ses habitants se nomment les Osnyssois et Osnyssoises. MalgrĂ© son urbanisation rĂ©cente relativement rapide, il existe encore aujourd’hui de trĂšs vastes champs sur le territoire de la commune.

Village du Vexin français, la commune a connu une importante poussée démographique à partir des années 1970 consécutive à son incorporation dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Lieu de séjour des peintres impressionnistes et post-impressionnistes Camille Pissarro, Paul Gauguin et surtout Georges William Thornley, elle conserve un patrimoine historique assez remarquable.

EntourĂ©e de Pontoise Ă  l’est, Cergy au sud, Puiseux-Pontoise et Boissy-l’Aillerie Ă  l’ouest, GĂ©nicourt et Ennery au nord, Osny compte prĂšs de 16 000 habitants concentrĂ©s surtout autour du vieux village (rue Aristide-Briand, ancienne route de Paris Ă  Rouen) et du parc d’activitĂ© des Beaux-Soleils. Avec sa superficie totale de 12,52 km, Osny possĂšde le territoire le plus Ă©tendu de l’agglomĂ©ration de Cergy-Pontoise ; cela lui permet de conserver une activitĂ© agricole encore importante malgrĂ© son urbanisation rapide.

Le vieux village, la gare, les quartiers de la RaviniĂšre, du Vauvarois et du Val de Viosne (ex-Moulinard) (citĂ©s) qui doivent leurs noms Ă  d’anciens termes locaux constituent l’essentiel des lotissements de la commune au sud.

Le nord est composé de quartiers pavillonnaires, de terres agricoles et de zones boisées (la moitié du territoire).

À la suite du dĂ©veloppement de la RD 915 et du viaduc de la Viosne pour Pontoise, il existe en outre sur le nord du territoire communal deux importantes zones commerciales (l’Oseraie et la Croix Saint-SimĂ©on) ainsi qu’un pĂŽle mĂ©dical majeur centrĂ© sur la clinique Sainte-Marie dont le dĂ©mĂ©nagement depuis Pontoise a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© en .

Les voies routiĂšres les plus importantes en trafic qui traversent la commune sont l’autoroute A15 au sud, Ă  deux fois deux voies, et la route dĂ©partementale 915, au nord, Ă©galement Ă  deux fois deux voies. Osny est par ailleurs traversĂ©e par la ligne de chemin de fer Paris Saint-Lazare – Pontoise – Gisors, au trafic assez modĂ©rĂ©.

Ces diffĂ©rentes infrastructures terrestres ont un impact assez Ă©levĂ© en termes de pollution sonore selon la rĂ©glementation. Les principales voies routiĂšres du centre-ville au trafic peu soutenu sont classĂ©es en catĂ©gorie 4 ou 5, de niveau modĂ©rĂ©. La voie ferrĂ©e est classĂ©e en catĂ©gorie 4. En revanche, la D 915 est classĂ©e en catĂ©gorie 2 (Ă©levĂ©e) et l’autoroute A15 est classĂ©e en catĂ©gorie 1, le plus Ă©levĂ©[3]. Cependant ces infrastructures se situent pour l’essentiel Ă  distance des zones habitĂ©es.

Osny comme toute l’Île-de-France est soumis Ă  un climat ocĂ©anique dĂ©gradĂ©. Il se diffĂ©rencie du climat de Paris intra-muros par un Ă©cart de tempĂ©rature de quelques degrĂ©s, particuliĂšrement notable au lever du jour, et qui a tendance Ă  s’accentuer au fil des annĂ©es. Cet Ă©cart, de 2° en moyenne mais qui peut atteindre 8° par une nuit claire et un vent faible, s’explique par la densitĂ© urbaine qui augmente la tempĂ©rature au cƓur de l’agglomĂ©ration. La tempĂ©rature moyenne annuelle est de 11 °C, le mois le plus le froid est janvier avec +4 °C ; les mois les plus chauds sont juillet et aoĂ»t avec +19 °C (moyenne journaliĂšre).

Osny est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densitĂ© intermĂ©diaire, au sens de la grille communale de densitĂ© de l’Insee,,,. Elle appartient Ă  l’unitĂ© urbaine de Paris, une agglomĂ©ration inter-dĂ©partementale regroupant 411 communes[9] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pĂŽle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[12][13].

Attestée sous les formes Oeny en 1099, Ooniacus[Quand ?], Ooniacum en 1249[16]. On voit successivement apparaßtre du XII au XIXe siÚcles : Oony, Ony[Quand ?],Oni, Aulsny et Osny[17].

Il s’agit d’un type toponymique gaulois ou gallo-roman en -(i)acum, suffixe locatif Ă  l’origine, ayant plus tardivement dĂ©signĂ© la propriĂ©tĂ©.

Le premier Ă©lĂ©ment Osn- est obscur, en tout cas, le s graphique apparu tardivement sert Ă  marquer la fermeture et l’allongement de la voyelle o (on prononce d’ailleurs « Îni »). L’existence de cette voyelle redoublĂ©e dans les plus anciennes formes, doit rĂ©sulter de l’amuĂŻssement d’une consonne intervocalique difficile Ă  dĂ©terminer.

Ernest NĂšgre propose l’anthroponyme germanique Audenus, rĂ©pertoriĂ© par Marie-ThĂ©rĂšse Morlet[18], mais il se base sur la seule forme Oeny de 1099. La prĂ©sence de noms de personnes germaniques dans les formations en -(i)acum est par ailleurs avĂ©rĂ©e dans le Nord de la Gaule.

Les plus anciennes traces d’habitation Ă  Osny se situent surtout sur les terres d’Immarmont, oĂč des bifaces ont Ă©tĂ© retrouvĂ©s proches les uns des autres, validant la thĂšse d’une implantation prĂ©historique. Des poteries ainsi que des mĂ©galithes montrent quant Ă  eux la sĂ©dentarisation des hommes prĂ©historiques Ă  Osny. Sous la domination romaine, Osny jouissait de sa position sur une voie de passage important, la chaussĂ©e Jules CĂ©sar, qui traversait le sud-est du village. La prĂ©sence romaine favorisa la culture de la vigne en exploitant les coteaux orientĂ©s vers le sud et vers l’est.

Au dĂ©but du IX siĂšcle, une partie de la seigneurie d’Osny fut lĂ©guĂ©e aux abbayes de Saint-Denis, Saint-Martin de Pontoise et Chelles. Le premier seigneur d’Osny Ă  cĂ©der une terre fut GuĂ©rin Lasne. Raoul Vasleth, seigneur d’Osny et de GĂ©nicourt, fit Ă©galement un don, au diocĂšse de Rouen. Ainsi, les seigneurs d’Osny se montrĂšrent gĂ©nĂ©reux envers l’Église, mais aussi Ă  l’Ă©gard d’autres organismes Ă  but lucratif dont la lĂ©proserie Saint-Lazare de Pontoise. BarthĂ©lĂ©my d’Osny ainsi que son Ă©pouse Aude furent d’ailleurs citĂ©s comme bienfaiteurs de cet Ă©tablissement.

Plusieurs familles se succĂ©dĂšrent par la suite Ă  Osny, souvent connues Ă  la cour du roi de France. On peut ainsi citer les Rouvray Saint-Simon, mais surtout les Le Sueur. Cette famille, en quelques annĂ©es, devint l’une des plus riches de la rĂ©gion. À partir de 1500, maĂźtre Jacques Le Sueur commença une sĂ©rie d’acquisitions Ă  Osny. Guillaume I, seigneur d’Osny, Ă©tait conseiller du Roi et MaĂźtre Ordinaire de la Chambre. En 1630, Nicolas Le Sueur devint maĂźtre du domaine. Il fut conseiller du roi en son Conseil d’État ; il avait pour Ă©pouse Marie Sublet, cousine du secrĂ©taire d’État de Louis XIII.
François Sublet de Noyers devint seigneur d’Osny lorsqu’il Ă©pousa Isabeau Le Sueur, fille de Guillaume Le Sueur et Marie du Bouchet. À la mort de son fils en 1673, le domaine revint Ă  Louis Le Sueur. En 1678, le marĂ©chal de Chamilly devint seigneur d’Osny Ă  la suite de plusieurs acquisitions sur les hĂ©ritiers Le Sueur.
AprĂšs plusieurs ventes successives Ă  la suite de la mort de ce dernier, en 1715, la seigneurie d’Osny Ă©choit finalement Ă  Antoine de Nicolay en 1719, puis Ă  Jean Aymar, son fils, en 1731. et Ă  Aymar Jean de NicolaĂŻ, marquis de Goussainville, fils de celui-ci, mort le 21 mars 1785. Le 21 septembre 1785, ses enfants vendent la seigneurie d’Osny Ă  Jean Baptiste de Picot et son gendre, Charles Malo de Lameth. Ce dernier, seigneur d’Osny entreprend la construction du chĂąteau actuel en 1787. Devenu maire du village, il meurt en 1832. Son gendre, Scipion de Nicolay, lui succĂšde cette annĂ©e lĂ  comme propriĂ©taire du chĂąteau d’Osny, et le lĂšgue Ă  son fils, Cypien de Nicolay.
En 1728, la paroisse d’Osny compte 71 feux (soit environ 280 habitants). Le revenu de cette terre se compose de 3 fermes : l’une dans le bas d’Osny, une autre Ă  l’entrĂ©e de l’avenue vis Ă  vis du chĂąteau et la derniĂšre Ă  Immarmont.

Au XIX siĂšcle, Osny Ă©tait un petit village comptant une centaine de maisons. AprĂšs l’abdication de Fontainebleau, Osny est occupĂ©e, du au , par un escadron de lanciers de garde impĂ©riale russe. Le village est de nouveau occupĂ© aprĂšs Waterloo entre juillet et .

En 1860, construction de la voie de chemin de fer de Paris Ă  Dieppe et d’une halte dĂ©senclave la commune.

À partir de 1860, le confort de ces maisons s’amĂ©liora nettement : la surface habitable des logements augmenta et les cours extĂ©rieures devinrent plus vastes. Les vieux bĂątiments en ruine furent remplacĂ©s par des constructions neuves. Les matĂ©riaux de construction connurent aussi une amĂ©lioration. L’activitĂ© agricole dominante Ă©tait celle des cĂ©rĂ©ales.

L’ouverture de la gare en 1866 contribua Ă  augmenter considĂ©rablement la population du village, qui passa ainsi de 495 habitants en 1836 Ă  677 habitants cette annĂ©e-lĂ . En effet, sa proximitĂ© avec Pontoise et Paris constituait un sĂ©rieux atout pour le dĂ©veloppement du village, qui percevait dĂ©jĂ  un revenu important du fait de la prĂ©sence dans la commune de moulins Ă  blĂ© actionnĂ©s par moteur hydraulique et utilisĂ©s par les habitants des villes de Sartrouville, Houilles, Maisons-Laffitte et L’Isle-Adam. Mais progressivement, ces moulins furent vendus par leurs propriĂ©taires avant d’ĂȘtre reconvertis. Osny suivait ainsi son dĂ©veloppement industriel, en produisant notamment des tissus de coton et des sangles ou encore en effectuant la taille de l’acier et le polissage des tonneaux.

Lors du siÚge de Paris, durant la guerre franco-allemande de 1870 Osny est occupée par les troupes allemandes.

Le un orage causa de gros dégùts à Neuville, et dévasta Jouy-le-Moutier, Vauréal, Boisemont, Courdimanche, Osny, Cergy, Puiseux, et Pontoise.

Durant la PremiĂšre Guerre mondiale, Osny fut touchĂ©e, au mĂȘme titre que les autres communes du pays, par des rĂ©quisitions, qui consistaient en des versements de fourrage, de vivres, de bois et de combustibles. AprĂšs la guerre, la ville reçut le MarĂ©chal Joffre.

La Seconde Guerre mondiale vit l’occupation allemande d’Osny peu aprĂšs l’armistice du 22 juin 1940. Madame de Grouchy, propriĂ©taire du chĂąteau d’Osny, dĂ©posa alors plainte pour pillage de la demeure. Pendant cette guerre, la ville connut deux bombardements (l’un toucha le quartier de la Groue et l’autre Immarmont) ; les dĂ©gĂąts matĂ©riels furent importants. La RĂ©sistance Ă  Osny Ă©tait reprĂ©sentĂ©e par l’abbĂ© LĂ©onard, curĂ© de la ville. Ce dernier n’hĂ©sitait pas Ă  critiquer l’occupant, alors que certains officiers ennemis assistaient Ă  l’office. La ville est libĂ©rĂ©e le .

Depuis les annĂ©es 1930, le nombre d’habitants Ă  Osny n’a cessĂ© de croĂźtre, atteignant plus de 16 000 habitants en 2006. Ceci est dĂ» en particulier Ă  l’essor impressionnant de la ville ces derniĂšres dĂ©cennies oĂč bon nombre d’entreprises et d’activitĂ©s se sont installĂ©es sur le territoire de la commune, notamment dans la zone industrielle des Beaux Soleils ainsi que le centre commercial de l’Oseraie, mais aussi en centre-ville, qui a vu de nombreux petits commerces apparaĂźtre.

CrĂ©ation du canton d’Osny, par la division du canton de Pontoise, en 1976, qui est supprimĂ© en 1985 aprĂšs la crĂ©ation du canton de l’Hautil.

Le chùteau de Grouchy est acquis par la municipalité qui y installe sa mairie.

Osny se trouve dans l’arrondissement de Pontoise. Historiquement membre du canton de Cergy-Nord, elle a Ă©tĂ© rattachĂ©e au canton de Cergy-1 dans le cadre du redĂ©coupage cantonal de 2014 en France

La commune fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise,. Une maison d’arrĂȘt se situe Ă  Osny et a Ă©tĂ© mise en service en 1990. Elle remplace l’ancienne prison de Pontoise, considĂ©rĂ©e comme la plus vĂ©tuste de France avant sa fermeture dĂ©finitive[21].

La ville est membre de la communautĂ© d’agglomĂ©ration de Cergy-Pontoise.

Osny Ă©tait une commune ancrĂ©e Ă  droite, l’Ă©volution de la population nouvelle fait que le vote de droite s’érode.

À l’élection prĂ©sidentielle de 2007, le premier tour a vu se dĂ©marquer nettement en tĂȘte Nicolas Sarkozy avec 34,43 %, suivi par SĂ©golĂšne Royal avec 24,84 %, François Bayrou avec 19,41 %, et Jean-Marie Le Pen avec 9,55 %, puis Olivier Besancenot avec 3,81 %, aucun autre candidat ne dĂ©passant le seuil des 2,5 %. Le second tour a vu arriver largement en tĂȘte Nicolas Sarkozy avec 56,28 % (rĂ©sultat national : 53,06 %) contre 43,72 % pour SĂ©golĂšne Royal (national : 46,94 %).

À l’Ă©lection prĂ©sidentielle française de 2012, sur 10035 inscrits et 7924 votants, le candidat en tĂȘte au premier tour fut François Hollande 28,18 % suivi Ă  quelques voix de Nicolas Sarkozy 28,13 %, Marine Le Pen Ă©tait Ă  17,66 %, Jean-Luc MĂ©lenchon 10,51 %, François Bayrou 9,87 %, Nicolas Dupont-Aignan 1,94 %, Eva Joly 1,92 %. Au second tour Nicolas Sarkozy rĂ©colta 51,05 % des voix sur François Hollande.

L’Ă©volution du nombre d’habitants est connue Ă  travers les recensements de la population effectuĂ©s dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations lĂ©gales des communes sont publiĂ©es annuellement par l’Insee. Le recensement repose dĂ©sormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une pĂ©riode de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque annĂ©e Ă  la suite d’une enquĂȘte par sondage auprĂšs d’un Ă©chantillon d’adresses reprĂ©sentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement rĂ©el tous les cinq ans,

En 2019, la commune comptait 17 446 habitants, en augmentation de 6,11 % par rapport Ă  2013 (Val-d’Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La ville abrite par ailleurs le siĂšge de l’inspection acadĂ©mique du Val-d’Oise.

Osny compte cinq monuments historiques sur son territoire, le chĂąteau, son parc Ă  fabriques et son colombier Ă©tant protĂ©gĂ©s par le mĂȘme arrĂȘtĂ©.

Osny est un des lieux peints par Camille Pissarro qui y vécut en 1883 et 1884 et représenta la commune dans au moins soixante-dix-huit toiles, et quelques autres peintres impressionnistes ou post-impressionnistes tels Paul Gauguin puis Alexandre-René Véron et William Thornley.

Depuis 2009, huit grandes salles de cĂ©rĂ©monie de la mairie abritent, tous les ans le « Salon du Val de Viosne » qui a lieu en dĂ©but novembre. Il s’agit d’un des meilleurs salons de peintures et sculptures du dĂ©partement de par le cadre prestigieux du chĂąteau de Grouchy mais aussi le nombre d’Ɠuvres exposĂ©es et leur diversitĂ©.

Avis Clients

Ce que nos clients disent de nous

Notre entreprise en chiffre

Quelques chiffres sur Richard Couverture

Richard Couverture vous propose de multiples services dans le Val d’Oise (95). DĂ©couvrez ici quelques chiffres Ă  propos de notre entreprise.

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
Projets Réalisés
+ 0
Toitures Réalisées en 2023
+ 0
Entreprises Partenaires
Qui sommes nous ?

Un peu plus sur notre entreprise

Une question ? Un besoin ?

On vous rappelle

Inscrivez votre numéro de téléphone ci-dessous et on vous rappellera rapidement.

entretenez votre toit en tuile