logo artisan

Réparation de Toiture Méry-sur-Oise (95540)

Vous avez repéré une fuite qui vient de votre toit ? Vos tuiles sont cassées et vous cherchez une entreprise de réparation de toiture à Méry-sur-Oise ? Richard Couverture s’occupe de tout type de toiture et vous apporte des solutions adaptées à vos problèmes de toiture, quel que soit le matériau dans lequel il a été conçu à Méry-sur-Oise dans le Val-d’Oise.

Nous contacter

artisan qualifie et experimente 95

Artisan
Qualifié

garantie decennal 95

Garantie Décennale

devis gratuit couvreur val doise

Devis
Gratuit

tarifs competitifs val doise

Tarifs Compétitifs

avis clients bon satisfaction 95 val doise

Satisfaction Clients ✓

L’Entretien de votre revêtement de toiture reste au cœur de notre métier à Méry-sur-Oise, 95540

Vous avez remarqué que votre toiture est usée à Méry-sur-Oise ? Vous ne connaissez pas comment fixer ce problème ? Vous prévoyez des travaux de couverture ? Aucun souci, notre équipe est le couvreur à Méry-sur-Oise qui vous convient !

toiture endommagée réparé Méry-sur-Oise

Nous réparons tout type de toit à Méry-sur-Oise

Avant d’entretenir une réfection de toiture, notre couvreur doit commencer par identifier la cause du dommage, celle-ci pouvant être vraiment diversifiée. Le couvreur doit donc entreprendre un examen visuel de votre toit par l’intérieur afin de trouver les coins où il n’y a pas des ardoises ou tuiles. Par la suite, il montera sur votre toit pour accomplir un contrôle plus détaillé de celui-ci. A partir de ce diagnostic, il vous dira quels sont les travaux de rénovation de toiture à Méry-sur-Oise qu’il doit effectuer pour garantir son étanchéité. Puis, il vous fournira un devis de réfection de toiture à Méry-sur-Oise. Alors après votre acceptation, nous pourrons démarrer la mission.

La réparation de toiture à Méry-sur-Oise

La réparation de toiture est totale si elle est intégralement à remplacer. Cela peut se produire si elle est véritablement vieille ou à la suite de catastrophes naturelles. Dans cette dernière situation, vous aurez à consulter votre maison d’assurance. Notre société de couverture sur Méry-sur-Oise
pose un système de protection d’urgence qui va permettre de fortifier votre toit de manière provisoire jusqu’à ce qu’on puisse remettre votre toiture intégralement.

Dans le cas d’une rénovation de toit sur Méry-sur-Oise
partielle, la remise en état habituelle est le remplacement de tuiles que ce soit puisqu’elles se sont détachées ou puisque certaines ont été brisées. Le remplacement de tuiles suit une règle précise bien connue par notre expert en couverture qui connaitra toutes les mesures adéquates pour retirer la pièce à remplacer et poser la nouvelle tuile en la mettant efficacement à l’ensemble afin que le tout devienne solide et hermétique.
Vous voyez à la pointe de votre toit une ligne de tuiles dénommée faîtage. La rénovation de toit peut toucher ce dernier quand il est dégradé ou qu’il qu’il bouge en cas de vent. Notre couvreur à Méry-sur-Oise a des solutions à vous proposer pour que cela ne se manifeste plus.

Réparation des différents éléments sur votre toit

couvreur sur le toit avec harnais entrain de réparer toit à Méry-sur-Oise

Par ailleurs, en plus du changement de tuiles, la réparation de toiture sur Méry-sur-Oise
pourra également toucher les éléments posés sur le toit. C’est dans ce cadre que notre compagnie de couverture peut réaliser la rénovation d’une souche de cheminée, colmater une fuite sur celle-ci ou bien remettre le système d’étanchéité lorsque celle-ci est dégradée par une imparfaite connexion entre la fenêtre de toit ou entre des plaques photovoltaïques et la tuile. Il effectuera toutes les missions de zinguerie nécessaires.
Une fois que votre toit se dégrade, consultez notre entreprise de couverture de sorte que les travaux soient accomplis au plus vite. Cela vous évitera d’avoir un devis de réparation de toiture sur Méry-sur-Oise avec un prix véritablement cher !

Nous Appeler

À propos de Méry-sur-Oise

Méry-sur-Oise est une commune française située dans le département du Val-d’Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Mérysiens.

Méry-sur-Oise est située à 8 km au nord-est de Pontoise et à 7 km au sud de L’Isle-Adam.

La ville est desservie par la gare de Méry-sur-Oise sur la ligne Paris – Persan-Beaumont (TransilienLigne H du Transilien).

Méry-sur-Oise est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[4] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[7][8].

Les formes anciennes de Méry-sur-Oise sont : Madriacus 862, Mairi v. 1205, Meriacum 1214, Mery 1358[10][11][12].

Pour M.-Th. Morlet, la juste étymologie de Madriacus ne provient pas de Materius, « matériaux, bois, madrier », erreur ancienne régulièrement ressortie, mais plus vraisemblablement d’un dérivé de Mater, -tris, « Mère » ; dans le même sens, E. Negre fait dériver de Matrius, forme issue de Matres, « les Mères »[13]. Ce qui correspond parfaitement avec le site géographique de Méry au bord d’une zone riche en eaux (ruisseaux, mares…) dont la déesse mère est tutélaire au cœur de l’antique territoire de la Culture Seine-Oise-Marne remontant à – 3000 av. J.-C.

La seigneurie de Méry, propriété d’Henry de Milly, fut vendue en 1375 à Pierre d’Orgemont (v. 1315/1320-1389), conseiller de Charles V et chancelier de France, acquéreur de Chantilly en 1386.

Elle fut ensuite vendue en 1597 par la descendante des Orgemont, Guillemette, et son mari François II Jouvenel des Ursins marquis de Traînel (v. 1569-1650), au beau-frère de ce dernier, Antoine du Pescher de Saint-Chamans. En 1696, le comté de Méry fut érigé en marquisat au profit de François II de Saint-Chamans-Méry (1658-1714), arrière-petit-neveu d’Antoine.

La fille de François de Saint-Chamans épousa en 1720 le financier Samuel Bernard (1651-1739). Ce dernier, après avoir racheté le domaine en 1728, l’offrit à la fille issue de cette union, Bonne-Félicité Bernard (1721-1784), qui épousa le président Mathieu-François Molé (1705-1793), président à mortier au Parlement de Paris, futur Premier président. Méry entra alors dans la famille Molé et passa ensuite à leurs descendants Lamoignon (cf. l’article Chrétien-François), et à des parents de ces derniers, les Ségur-Lamoignon (descendants d’Eugène et de la comtesse de Ségur).

Charles V, Charles VII, Henri IV et Gabrielle d’Estrées, Louis XIV, Buffon, Saint-Just et Charles X y ont séjourné.

Le baron Haussmann souhaitait fermer tous les cimetières parisiens intra muros dans un but d’hygiène et édifier en contrepartie une immense nécropole à Méry qui accueillerait tous les défunts de la capitale (il pensait que l’agglomération parisienne n’atteindrait jamais cette commune). Une voie ferrée dédiée aurait relié Paris à Méry. L’opposition de l’opinion publique entraîna l’échec de ce projet et de celui du préfet Ferdinand Duval qui l’avait repris après la chute du Second Empire. Toutefois, sur les terres acquises par la ville de Paris pour ce premier projet, fut en fait créée la ferme modèle de la Haute-Borne, très moderne pour l’époque, qui devint un laboratoire de développement du maraîchage pour toute la France.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la carrière Beslier a été aménagée en base militaire allemande comprenant une gare souterraine et un site de stockage et d’assemblage de missiles V2. En conséquence, Méry-sur-Oise a été la cible de trois missions de bombardement alliées en 1944. Elle avait déjà subi un bombardement allemand le .

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d’Oise et à son arrondissement de Pontoise, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de L’Isle-Adam de Seine-et-Oise, année où elle est intégrée au canton de Pontoise. Lors de la mise en place des Hauts-de-Seine, elle rejoint en 1967 le canton de Taverny, puis, en 1985, celui de Saint-Ouen-l’Aumône|. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n’est plus qu’une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Saint-Ouen-l’Aumône

Pour l’élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription du Val-d’Oise.

La commune faisait partie de la communauté de communes de la Vallée de l’Oise et des impressionnistes. Toutefois, dans le cadre de l’achèvement de la coopération intercommunale prévue par la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, cette intercommunalité disparait en 2016 et la commune intègre la communauté de communes de la Vallée de l’Oise et des Trois Forêts,,.

Lors du premier tour des élections municipales de 2020, la liste menée par le maire sortant Pierre-Édouard Éon (LR) a remporté la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 64,97 % des suffrages exprimés, devançant largement les listes menées par Jérôme Durieux (DVG, 22,55 %) et par Claudie Violette (LREM, 12,53 %), lors d’un scrutin marqué par 35,06 % d’abstention.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2019, la commune comptait 9 865 habitants, en augmentation de 6,8 % par rapport à 2013 (Val-d’Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Méry était l’un des principaux lieux de la culture du champignon en Île-de-France, grâce à la présence de plusieurs carrières souterraines et à la relative proximité de l’hippodrome de Chantilly, qui alimente les cultures en fumier. Face à la concurrence des pays de l’Est, cette culture traditionnelle a progressivement disparu durant les années 1980. En 2007, un Mérysien a néanmoins redémarré une exploitation privilégiant les petites quantités et la qualité de la production, les « Champignons La Marianne »[31].

La commune compte un supermarché et son commerce de proximité est en recul constant.

Depuis septembre 2019, un marché alimentaire se tient chaque samedi matin sur la place de la mairie.

Ont été partiellement tournés au château de Méry-sur-Oise :

Avis Clients

Ce que nos clients disent de nous

Notre entreprise en chiffre

Quelques chiffres sur Richard Couverture

Richard Couverture vous propose de multiples services dans le Val d’Oise (95). Découvrez ici quelques chiffres à propos de notre entreprise.

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
Projets Réalisés
+ 0
Toitures Réalisées en 2023
+ 0
Entreprises Partenaires
Qui sommes nous ?

Un peu plus sur notre entreprise

Une question ? Un besoin ?

On vous rappelle

Inscrivez votre numéro de téléphone ci-dessous et on vous rappellera rapidement.

entretenez votre toit en tuile