logo artisan

RĂ©paration de Toiture Gonesse (95500)

Vous avez repĂ©rĂ© une fuite qui vient de votre toit ? Vos tuiles sont cassĂ©es et vous cherchez une entreprise de rĂ©paration de toiture Ă  Gonesse ? Richard Couverture s’occupe de tout type de toiture et vous apporte des solutions adaptĂ©es Ă  vos problĂšmes de toiture, quel que soit le matĂ©riau dans lequel il a Ă©tĂ© conçu Ă  Gonesse dans le Val-d’Oise.

Nous contacter

artisan qualifie et experimente 95

Artisan
Qualifié

garantie decennal 95

Garantie DĂ©cennale

devis gratuit couvreur val doise

Devis
Gratuit

tarifs competitifs val doise

Tarifs Compétitifs

avis clients bon satisfaction 95 val doise

Satisfaction Clients ✓

La RĂ©paration de votre revĂȘtement de toiture reste notre raison d’ĂȘtre Ă  Gonesse, 95500

Vous avez remarquĂ© que votre couverture a besoin d’une rĂ©paration Ă  Gonesse ? Vous ignorez comment fixer ce problĂšme ? Vous envisagez des services de couverture ? Rassurez-vous, notre Ă©quipe est le couvreur Ă  Gonesse qu’il vous faudra !

toiture endommagée réparé Gonesse

Nous remettons en Ă©tat tout type de toit Ă  Gonesse

Avant d’entretenir une rĂ©paration de toiture, notre expert en couverture doit dĂ©buter par dĂ©terminer la cause des dĂ©gĂąts, celle-ci pouvant ĂȘtre vraiment variĂ©e. Le spĂ©cialiste couvreur va alors faire un contrĂŽle visuel de votre revĂȘtement par l’intĂ©rieur afin de dĂ©terminer les surfaces oĂč il n’y a pas des ardoises ou tuiles. Par la suite, il grimpera sur votre toit pour accomplir un examen approfondi de ce recouvrement. Lors de cette Ă©valuation, il vous expliquera les dĂ©tails des travaux de rĂ©fection de toit Ă  Gonesse qu’il peut rĂ©aliser pour garantir son Ă©tanchĂ©itĂ©. Et ensuite, il vous soumettra un devis de rĂ©fection de couverture Ă  Gonesse. AprĂšs aprĂšs votre approuvement, nous pourrons lancer la mission.

La rénovation de toiture sur Gonesse

La rĂ©fection de toiture peut ĂȘtre complĂšte si elle est intĂ©gralement Ă  remplacer. Cela peut se produire au cas oĂč elle est trĂšs ancienne ou suite Ă  des flĂ©aux naturels. Dans cette circonstance, il faut faire recours Ă  votre compagnie d’assurance. Notre entreprise de toiture sur Gonesse
installe un systĂšme de protection d’urgence qui va permettre de protĂ©ger votre toiture de maniĂšre temporaire en attendant de pouvoir refaire votre toiture totalement.

Dans le cadre d’une rĂ©fection de toiture dans la ville de Gonesse
partielle, la remise en Ă©tat la plus frĂ©quente est le changement de tuiles que ce soit parce qu’elles se sont enlevĂ©es ou parce que certaines sont brisĂ©es. Le remplacement de tuiles fait l’objet d’une mĂ©thodologie dĂ©terminĂ©e parfaitement connue par notre artisan couvreur qui tiendra compte de toutes les prĂ©cautions adĂ©quates pour retirer la tuile Ă  remplacer et fixer la nouvelle tuile en la fixant d’une façon parfaite Ă  l’ensemble afin que le tout devienne robuste et hermĂ©tique.
Il existe Ă  la pointe de votre toiture une ligne de tuiles dĂ©nommĂ©e faĂźtage. La rĂ©novation de toiture peut concerner celui-ci lorsqu’il est endommagĂ© ou qu’il qu’il bouge Ă  chaque coup de vent. Notre couvreur Ă  Gonesse a des suggestions Ă  vous proposer pour que cela ne se manifeste plus.

Réfection des différentes parties sur votre toit

couvreur sur le toit avec harnais entrain de réparer toit à Gonesse

Par ailleurs, outre le remplacement de tuiles, la remise en Ă©tat de toit sur Gonesse
pourra Ă©galement toucher les Ă©lĂ©ments mis en place sur le toit. Alors notre agence de couverture peut effectuer la remise Ă  neuf d’une souche de cheminĂ©e, rĂ©parer une fuite sur celle-ci ou encore rĂ©tablir l’étanchĂ©itĂ© quand celle-ci est endommagĂ©e par une dĂ©fectueuse jonction entre les ouvertures de toit ou entre des panneaux solaires et la tuile. Il effectuera tous les services de zinguerie nĂ©cessaires.
Une fois que votre toiture se dĂ©tĂ©riore, faĂźtes confiance Ă  notre entreprise de couverture afin que les projets soient accomplis au plus vite. Cela vous permettra d’éviter d’avoir un devis de remise en Ă©tat de toiture Ă  Gonesse avec un tarif vĂ©ritablement cher !

Nous Appeler

À propos de Gonesse

Gonesse est une commune française situĂ©e dans le dĂ©partement du Val-d’Oise en rĂ©gion Île-de-France.

Les habitants sont appelĂ©s les Gonessiens. Elle est situĂ©e dans l’arrondissement de Sarcelles.

À 16 kilomĂštres au nord-nord-est du cƓur de Paris, Gonesse se situe de part et d’autre de la vallĂ©e du Croult, aux portes de la Plaine de France.

La petite riviĂšre Croult (ou Crould pour l’IGN) traverse la commune du nord-est vers le sud-ouest sur 3,4 km.

Son lit canalisĂ© et bĂ©tonnĂ© depuis plus de cinquante ans sur toute la traversĂ©e de la ville a retrouvĂ© son lit d’origine fin 2018.

Son territoire lĂ©gĂšrement vallonnĂ© s’Ă©tend, Ă  une altitude moyenne de 60 mĂštres, sur 2 009 hectares. Il mesure, dans ses plus grandes dimensions, 7 kilomĂštres dans le sens nord-ouest/sud-est et prĂšs de 5 kilomĂštres dans le sens nord-est/sud-ouest.

Partant du fond de la vallĂ©e, on rencontre successivement les Ă©tages gĂ©ologiques suivants, participant principalement du cycle sĂ©dimentaire bartonien de la pĂ©riode Ă©ocĂšne (qui va de -65 Ă  -45 millions d’annĂ©es environ) :

Ces éléments ont joué un rÎle important dans la prospérité ancienne de la région :

Cette abondance d’eau a permis le dĂ©veloppement, en fond de vallĂ©e, de cultures maraĂźchĂšres, notamment de cressonniĂšres. La plupart de ces sources sont dĂ©sormais taries, d’autres ont simplement disparu. Quant aux marnes, elles ont de longue date Ă©tĂ© utilisĂ©es pour l’amendement des terres de culture.

Au cours des quatre derniĂšres dĂ©cennies du XX siĂšcle s’est ajoutĂ©, Ă  cette stratigraphie gĂ©ologique, une couche supplĂ©mentaire composĂ©e des dĂ©tritus rĂ©sultant de l’industrie humaine toujours plus abondamment productrice de dĂ©chets de toute nature. Ces accumulations rĂ©centes sont si importantes qu’elles ont d’ores et dĂ©jĂ  trĂšs sensiblement remodelĂ© le paysage environnant (niveau de l’anthropocĂšne[3]). L’amĂ©nagement en cours de ces dĂ©pĂŽts devrait, Ă  Ă©chĂ©ance, malgrĂ© tout Ă©viter la dĂ©naturation du paysage.

À 20 minutes de Paris, la commune est desservie par l’autoroute A1, A3 et la A104 Ă©galement la nationale 2.

La commune est desservie par le RER D (gare de Villiers-le-Bel – Gonesse – Arnouville) Ă©galement par bus, lignes 152 et 250 du rĂ©seau de bus RATP. Par les lignes 11, 11.5 et 95.02 du rĂ©seau KĂ©olis, et le rĂ©seau Trans Val d’Oise composĂ© des lignes 22, 23, 24, 24 sco, 25, 36, 37 et plus rĂ©cemment la ligne 20 reliant la gare de gare de Villiers-le-Bel – Gonesse – Arnouville et celle de Parc des expositions Ă  Villepinte.

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 50.66 % d’espaces agricoles, forestiers et naturels, 14.25  % d’espaces ouverts artificialisĂ©s et 35.09 % d’espaces construits artificialisĂ©s

Gonesse est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densitĂ© intermĂ©diaire, au sens de la grille communale de densitĂ© de l’Insee,,,. Elle appartient Ă  l’unitĂ© urbaine de Paris, une agglomĂ©ration inter-dĂ©partementale regroupant 411 communes[8] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pĂŽle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[11][12].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gaunissa en 832, Gonesa en 1110, Gonessa en 1226.

Gonesse constitue l’hĂ©ritiĂšre de l’ancienne Connicia villa. Le hameau primitif s’est donc dĂ©veloppĂ© Ă  partir du « domaine de Connicius », un important propriĂ©taire terrien.

Avant mĂȘme que Gonesse n’apparaisse, en 832, sous le nom de Gaunissa, il existait dĂ©jĂ  une occupation humaine en ces lieux aux Ă©poques prĂ©historiques, comme en tĂ©moignent les nombreuses dĂ©couvertes fortuites ou les rĂ©sultats de fouilles archĂ©ologiques. Les trouvailles faites Ă  ces occasions attestent la prĂ©sence continue d’un habitat traversant le NĂ©olithique, l’Ăąge du fer, l’Ă©poque gallo-romaine et le Moyen Âge, jusqu’Ă  nos jours.

Gonesse fut réuni au domaine de la couronne par Hugues Capet.

De nombreuses plumes s’accordent pour y faire naĂźtre Philippe Auguste, roi de France, le , d’autres le font naitre Ă  Melun ou Ă  l’abbaye du Jard prĂšs de Melun[16].

Un HĂŽtel-Dieu fondĂ© en 1208, par Pierre de Theillay, tĂ©moigne de la place importante qu’occupait alors Gonesse dans la rĂ©gion. Il n’en reste que des vestiges.

Saint Louis affranchit les habitants de Gonesse.

L’Ă©glise date du XIII siĂšcle.

Du XI au XIVe siÚcle, Gonesse se fait connaßtre, pour son drap de laine, appelé la « gaunace », dont la fabrication doit beaucoup au Croult et à ses moulins, les moulins à drap, installés sur le cours du ruisseau. Au XIII siÚcle, on y faisait un grand commerce en draps et en peaux.

En 1358, Charles le Mauvais, roi de Navarre, campe Ă  Gonesse, les Anglais y viennent la mĂȘme annĂ©e et y passent le mois de septembre.

À partir du XIII siĂšcle, les farines et les pains de Gonesse sont fort recherchĂ©s.

Du XV au XVIIe siĂšcle, le village se taille une solide rĂ©putation pour la qualitĂ© de son pain fabriquĂ© avec le blĂ© du terroir, le pain mollet de Gonesse, qui est aussi connu sous le nom de « pain de chapitre », ainsi nommĂ© du fait que le boulanger du chapitre de Notre-Dame de Paris aurait Ă©tĂ© le premier Ă  le fabriquer. Quelques corps de bĂątiments comme La Malmaison et Coulanges, mais aussi les pigeonniers de Coulanges, de Garlande et d’Orgemont, tĂ©moignent encore de ce passĂ© agricole et industrieux de la ville.

FortifiĂ© au XIV siĂšcle, le village voit passer Jeanne d’Arc en 1429. L’hĂ©roĂŻne nationale aurait posĂ© pied Ă  terre pour se dĂ©saltĂ©rer Ă  la fontaine Dame-Jeanne, aujourd’hui disparue, qui se trouvait sur le chemin conduisant Ă  la Patte-d’Oie. Autre fait lĂ©gendaire, non formellement prouvĂ©.

Sous Louis XI, en 1465, les Bourguignons s’en emparent et ravagent tout ce qui appartient au roi.

AprÚs avoir échoué dans sa deuxiÚme tentative contre Paris, Henri IV se retire à Gonesse.

Pendant les troubles de la Fronde, le prince de CondĂ© s’en empare.

En dehors de l’Ă©glise Saint-Pierre-Saint-Paul datant des XII et XIIIe siĂšcle, il existe Ă  Gonesse une autre paroisse et son Ă©glise, sur la rive gauche du Croult, Saint-Nicolas. Datant du XIV siĂšcle, cette Ă©glise fut dĂ©molie Ă  la RĂ©volution. Des yeux perspicaces peuvent encore trouver des vestiges de cet Ă©difice en remploi dans les murs de certaines maisons de ce quartier. À l’occasion de la construction, dans les annĂ©es 1970, d’une maison dans le haut de la rue de Savigny, le creusement des fondations a mis au jour des tombes du cimetiĂšre Ă©tabli prĂšs de l’Ă©glise Saint-Nicolas.

C’est Ă  Gonesse que, le , le premier ballon Ă  gaz de l’histoire, construit par Jacques Charles et les frĂšres Robert, s’Ă©crase aprĂšs un vol de 16 kilomĂštres,,.

Elle est chef-lieu de district de 1790 Ă  1795.

En 1815, le marĂ©chal Grouchy arrive Ă  Gonesse Ă  la tĂȘte de 40 000 hommes et de 120 piĂšces d’artillerie ; mais NapolĂ©on I ayant abdiquĂ©, le 2 juillet, le duc de Wellington y Ă©tablit son quartier gĂ©nĂ©ral, traite la reddition de Paris, et, le 5 juillet, se retire Ă  Neuilly-sur-Seine[17].

Durant le siÚge de Paris en 1870 le quartier général de la Garde prussienne est installé à Gonesse.

Plus rĂ©cemment, le , Gonesse entre avec fracas dans une autre rubrique de l’histoire, celle des catastrophes aĂ©riennes, avec la chute du Concorde sur son territoire, Ă  quelques centaines de mĂštres seulement des habitations, Ă©crasant nĂ©anmoins un hĂŽtel, entraĂźnant dans la mort, avec les passagers et l’Ă©quipage de l’avion, quatre personnes au sol.

On retrouve l’origine du domaine templiers dans un acte de 1284 dans lequel PĂ©tronille Du Change donne aux Templiers un petit domaine en Ă©change, sa vie durant, de la moitiĂ© des rĂ©coltes du domaine,.

Les terres et seigneurie de Stains, village prÚs de Gonesse, avait été cédée, en janvier 1239, à la commanderie de Gonesse par Gervais de Chaumont, avec le contentement de Guillaume de Flaucourt, pour le prix de 12 livres parisis,.

En 1448, la maison de la commanderie de Gonesse tombe en ruines. Le prieur la donne Ă  Nicole Saint-Homme, un frĂšre de l’Ordre, sa vie durant en Ă©change de 32 sols par an. Il a aussi la charge de restaurer la bĂątisse. Mais en 1465, frĂšre Nicole obtient du prieur l’exemption de sa redevance au prĂ©texte que la guerre avec les Bourguignons avait eu pour consĂ©quence la destruction des rĂ©coltes. Apparemment la commanderie ne fut pas reconstruite car « oĂč soloit jadis avoir une maison appelĂ©e le temple de Gonesse ».

AntĂ©rieurement Ă  la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du dĂ©partement de Seine-et-Oise. La rĂ©organisation de la rĂ©gion parisienne en 1964 fit que la commune appartient dĂ©sormais au dĂ©partement du Val-d’Oise et Ă  son arrondissement de Sarcelles aprĂšs un transfert administratif effectif au .

Elle Ă©tait depuis 1793 le chef-lieu du canton de Gonesse de Seine-et-Oise puis du Val-d’Oise. Dans le cadre du redĂ©coupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n’est plus qu’une circonscription Ă©lectorale.

Gonesse est le siĂšge d’une juridiction d’instance. La commune fait partie de la juridiction de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise,.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Villiers-le-Bel

Pour l’Ă©lection des dĂ©putĂ©s, elle fait partie de la neuviĂšme circonscription du Val-d’Oise.

Gonesse Ă©tait membre de la communautĂ© d’agglomĂ©ration Val de France, un Ă©tablissement public de coopĂ©ration intercommunale (EPCI) Ă  fiscalitĂ© propre crĂ©Ă© en 1997 et auquel la commune a transfĂ©rĂ© un certain nombre de ses compĂ©tences, dans les conditions dĂ©terminĂ©es par le code gĂ©nĂ©ral des collectivitĂ©s territoriales.

Dans le cadre de la mise en Ɠuvre de la loi MAPAM du 27 janvier 2014, qui prĂ©voit la gĂ©nĂ©ralisation de l’intercommunalitĂ© Ă  l’ensemble des communes et la crĂ©ation d’intercommunalitĂ©s de taille importante, et, pour les communes de la grande couronne, capables de dialoguer avec la MĂ©tropole du Grand Paris, cette intercommunalitĂ© a fusionnĂ© avec la communautĂ© d’agglomĂ©ration Roissy Porte de France et a intĂ©grĂ© une partie des communes de la communautĂ© de communes Plaines et Monts de France, formant le la communautĂ© d’agglomĂ©ration Roissy Pays de France dont Gonesse est dĂ©sormais membre.

Lors du premier tour des Ă©lections municipales de 2014 dans le Val-d’Oise, la liste PS-PCF-EELV menĂ©e par le maire sortant Jean-Pierre Blazy obtient la majoritĂ© absolue des suffrages exprimĂ©s, avec 3 482 voix, 27 conseillers municipaux Ă©lus, dont 8 communautaires), devançant nettement les listes menĂ©es respectivement par :
– Claude Tibi (UDI, 1 518 voix, 22,21 %, 4 conseillers municipaux Ă©lus dont 1 communautaire) ;
– Karim Ouchikh (FN, 1 433 voix, 20,97 %, 3 conseillers municipaux Ă©lus dont 1 communautaire) ;
– Mohamed Ouerfelli (EELV, 399 voix, 1 conseiller municipal Ă©lu).
Lors de ce scrutin, 50,35 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du second tour des Ă©lections municipales de 2020, la liste menĂ©e par le maire sortant, Jean-Pierre Blazy (DVG) — qui bĂ©nĂ©ficiait du report de la liste UDI menĂ©e au premier tour par Claude Tibi — obtient la majoritĂ© absolue des suffrages exprimĂ©s, avec 3 063 voix (50,34 %, 27 conseillers municipaux Ă©lus, dont 6 communautaires), devançant de 42 voix la liste menĂ©e par le socialiste CĂ©dric Sabouret — qui bĂ©nĂ©ficiait elle du report des listes LREM de Ilhan Yildiz, SE de Arezki Mahdi et DVG de Mazouni Daho — qui a obtenu 3 021 voix (49,65 %, 8 conseillers municipaux Ă©lus dont 1 communautaire)[30][31].

Le recours formé par Cédric Sabouret contre ces résultats est rejeté par le tribunal administratif (France) de Cergy en mars 2021, confirmant la régularité du scrutin de 2020[33].

La commune est jumelée à Drapeau de l'Italie Leonessa (Italie).

Entre 1990 et 1994, parmi les premiĂšres de France, la commune informatise son service de l’Ă©tat civil en l’indexant et en numĂ©risant les registres avec un scanner et enregistrement sur un disque optique.

L’Ă©volution du nombre d’habitants est connue Ă  travers les recensements de la population effectuĂ©s dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations lĂ©gales des communes sont publiĂ©es annuellement par l’Insee. Le recensement repose dĂ©sormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une pĂ©riode de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque annĂ©e Ă  la suite d’une enquĂȘte par sondage auprĂšs d’un Ă©chantillon d’adresses reprĂ©sentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement rĂ©el tous les cinq ans,

En 2019, la commune comptait 26 106 habitants, en augmentation de 0,12 % par rapport Ă  2013 (Val-d’Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

PrĂšs de l’A1 et la D 170G (Triangle de Gonesse), Immochan prĂ©voit (2010-2020) de transformer 280 ha de terres agricoles en 130 hectares de quartier d’affaires, 80 hectares d’EuropaCity et 70 hectares en parc de loisirs. La proposition a cependant fait l’objet d’un avis dĂ©favorable de la part du commissaire-enquĂȘteur le [42].

Le projet EuropaCity (500 enseignes soit 230 000 m, base de loisirs avec un parc aquatique et une piste de ski soit 150 000 m2, hĂŽtels 110 000 m, espaces publics 100 000 m2, culture 50 000 m, restaurants et palais des congrĂšs chacun 20 000 m2) reprĂ©sente plus de trois milliards d’euros d’investissements ; il promet la crĂ©ation de 11 000 emplois,.

Toutefois l’enquĂȘte publique conduite en sur la rĂ©vision du plan local d’urbanisme a abouti Ă  un avis dĂ©favorable du commissaire-enquĂȘteur au projet d’urbanisation de 300 hectares de terrain en faisant Ă©tat « des impacts environnementaux nĂ©gatifs importants Ă  trĂšs importants [en particulier s’agissant de la consommation massive de] terres agricoles fertiles les plus proches de la capitale (
) favorables Ă  l’autosuffisance alimentaire et aux circuits courts » et en soulignant notamment les consĂ©quences de l’impermĂ©abilisation des sols et les atteintes Ă  la biodiversitĂ©.

Des agriculteurs, des commerçants et des citoyens opposés au projet sont regroupés au sein du Collectif pour le Triangle de Gonesse.

Ce projet a été abandonné en novembre 2019.

Gonesse compte quatre monuments historiques sur son territoire :

On peut également signaler :

C’est Ă  Gonesse que le compositeur Luigi Cherubini situe une partie de l’action de son opĂ©ra les Deux journĂ©es ou le Porteur d’eau, crĂ©Ă© en 1800.

Avis Clients

Ce que nos clients disent de nous

Notre entreprise en chiffre

Quelques chiffres sur Richard Couverture

Richard Couverture vous propose de multiples services dans le Val d’Oise (95). DĂ©couvrez ici quelques chiffres Ă  propos de notre entreprise.

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
Projets Réalisés
+ 0
Toitures Réalisées en 2023
+ 0
Entreprises Partenaires
Qui sommes nous ?

Un peu plus sur notre entreprise

Une question ? Un besoin ?

On vous rappelle

Inscrivez votre numéro de téléphone ci-dessous et on vous rappellera rapidement.

entretenez votre toit en tuile